• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Le FC Nantes est-il mort?

21112010

Simple question ponctuelle ou profonde inquiétude? Le constat qui est néanmoins possible d’établir est que le FC Nantes n’est plus une légende du football français mais un simple club de ligue 2. En effet, le club le plus titré de l’Ouest se situe dans une période charnière de son histoire puisqu’il vit cette année sa deuxième saison de suite dans cette division et une saison de plus, causerai sans l’ombre d’un doute un anonymat grandissant du club des bords de l’Erdre.
Il parait évident d’affirmer que la politique des actuels dirigeants n’est pas adéquate. Ainsi, le Football Club de Nantes est dirigé pour la première fois de son histoire par un investisseur étranger qui ne connait en aucun cas celle du club. Il va même jusqu’à la renier puisqu’à son arrivée, Monsieur Kita a pris la décision contestable de supprimer l’hymne du FC Nantes lors des matchs du club et a également décider arbitrairement d’enlever la fresque dans le couloir du stade rappelant les glorifiantes années Suodeau qui font l’histoire même du club. Mais ceux-ci ne sont que des détails. Il parait très difficile d’énumérer toutes les erreurs des instances dirigeantes du FCN mais celles qui resterons à jamais graver sont celles concernant Da Rocha ou encore les supporters.
Commençons par Frederic Da Rocha, cet homme qui a tout connu au FC Nantes. D’abord, il a connu en 2001, le 8ème titre de champion de France du FCNA de l’époque où le jeu rapide et vers l’avant était une religion. L’année suivante, il découvre la Ligue des Champions avec un but marqué dans l’entre de Manchester United, Old Trafford. Puis, la route de l’enfer avec Rudi Roussillon et Serge Dassault qui ont, petit à petit emmené le club vers la ligue 2 en prônant une politique ne favorisant pas la formation. Enfin… l’arrivée de Waldemar Kita en ligue 2 avec l’apparente renaissance et la montée en ligue 1. L’année de ligue 1 qui va suivre va être justement un désastre pour Da Rocha qui va être tout simplement remercié comme un mal propre de la maison jaune. Il était la seule âme vivante du FCN et on le vire comme s’il n’était rien. Durant son dernier match, une banderole mentionnant « Da Rocha, un brave parmi les épaves » a été sauvagement arraché des mains des supporters pour assurer la pérennité de la famille Kita.L’âme du FC Nantes
D’ailleurs, il est maintenant temps d’aborder la gestion catastrophiques des supporters du FCN. Waldemar Kita a eu pour grandiose idée d’augmenter sensiblement le prix des places quand Nantes est remonté dans la catégorie de l’élite du Football français. Il fallait débourser au minimum 15 euros pour voir un spectacle désastreux. La conséquence de cette idée fût la désertion du stade de la beaujoire par ses supporters. Le taux de remplissage du stade était de 50 % et les supporters que l’on peut qualifié de « véritables » étaient dans l’incapacité de venir au stade. La Beaujoire est devenu un parc d’attraction pour VIP fortunés. De plus, suite aux mauvais résultats, les supporters ont légitiment contester la façon de diriger de Waldemar Kita et ses associés. La réponse digne et loyale du président Kita fût un coup de boule à un supporter lors de la finale de Gambardella au Stade de France. Ainsi en était le débat. Plus récemment, la conséquence directe de la politique adoptée se caractérise par des tensions plus que palpables entre les supporters. En effet, ceux appartenant à La Brigade Loire continue de montrer du doigt la gestion catastrophique du club en scandant des chants toujours aussi virulents vis à vis des dirigeants. Cette idée de toujours contester ne plaît apparemment pas à une grande partie des supporters nantais. Ceux-ci souhaitent maintenant supporter le Football Club De Nantes et ne pas dénoncer les erreurs (graves) commises. Ces « girouettes » comme ils sont appelés par les membre de la « BL » ont pourtant été pour certains, parmi les premiers à soutenir les manifestations à l’encontre des instances du club. Voilà à quoi ressemble le paradoxe actuel. Colère nantaise
Cependant, une lueur d’espoir apparaît quand on voit que les jeunes font petit à petit leur retour dans l’équipe type du FCN. Aujourd’hui des joueurs comme Carole, Nego, Sasso ou encore Lee ont leur mot à dire même si cela parait encore trop peu par rapport aux nombres de touristes qui portent le maillot nantais comme Tixier et Zerka. Il reste maintenant à écouter les revendications des supporters qui font encore et toujours les déplacements et à attendre un nouvel investisseur qui porterait haut et fort les véritables valeurs du FC Nantes.L'avenir du FC Nantes







COPACI-Présidentielles 2015 |
Cap21-Trièves |
Des idées et des rêves 06 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Voie des Peuples
| nouveaucentreindre
| Afrika Mission Indigo